Je vais d'abord profiter de cet article pour éclaircir quelques points suite à des questions :

- le mot "disparonatal" car beaucoup se sont posé la question "Disparo" du latin = "séparé", "disparonatal" = "de naissance séparée"

- Stop aux confusions !

  • "Suis-je bien un jumeau ou une jumelle disparonatal(e) ou suis-je dans une relation ordinaire ?"  Un signe peut vous l'indiquer : les synchronicités (coïncidences improbables pour lesquelles vous êtes attentif et auxquelles vous accordez un sens). Vous trouverez ci-après des explications sur la synchronicité données par Jean Moisset qui étaient très bien formulées http://www.science-et-magie.com/archives01/moisset/jm02syn.htm
  • "Suis-je "chaser" ou "runner" ? Chacun a ses propres caractéristiques, mais si vous vous posez plutôt la bonne question : "Suis-je dominé ou dominant ?", en vous analysant, vous aurez plus facilement la réponse. L'autre question utile est : "qui de nous deux présente un trouble du comportement ? Lui (elle) ou moi ?" De plus, un léger recul n'est pas une fuite de dominant et n'est donc pas signe d'être le "runner". En effet, le dominé ("chaser") peut être déjà en couple et avoir un premier recul après la rencontre dans un souci de fidélité ou tout simplement être impressionné (comme lorsque l'on a un coup de foudre). Cela ne fait pas de lui un dominant. Il doit y avoir rejet de la communication et évitement brutal paraissant injustifié.

 

"THE MASK"* : double personnalité

Le trouble dissociatif d'identité (TDI)

(*) Le masque

Si nous devions reprendre la synthèse de tous les éléments que nous avons observés jusqu'ici :

Le dominant a une difficulté à réaliser son individuation dans son couple gémellaire. L'individuation, c'est trouver sa personnalité.

C'est son instinct qui le pousse vers son dominé mais l'environnement contrarie les actes suggérés par cet instinct. Comme nous l'avons vu dans l'article précédent http://jumeauxdisparonatals.over-blog.com/2019/03/le-domine-dure-realite.html , le dominant montre donc bien un excès de dominance instinctive car nous pourrions dire que "l'instinct insiste" face à cet environnement contrariant.

Ces actes, empêchés par l'environnement, créent des sensations négatives avec une impossibilité de l'exprimer (ne pas pouvoir parler) qui donnent lieu rapidement à une dépression

Ce qui devient bientôt une douleur affective profonde (par l'interdépendance) insupportable que le dominant veut oublier, il le règle donc en se dissociant en deux personnalités ou plutôt deux états de personnalités contraires :

- une qui a oublié, présentant donc un déni, lui permettant de continuer sa vie dans l'environnement et qui ne parle pas (faux self) ;

- une qui exprime son sentiment de manière excessive (pour compenser) par télépathie (hors de l'environnement).

C'est en ce mécanisme que réside ce qu'on appelle la fuite du dominant.

On retrouve ce mécanisme de défense également (hormis l'aspect télépathique) chez les soldats revenus du front ayant subit un traumatisme profond suite à des expériences insoutenables, confrontés à des situations terribles et donc à des sensations insupportables :

LE TROUBLE DISSOCIATIF D'IDENTITE (TDI)

Dans le cas du soldat, le traumatisme est personnel mais dans le cas des jumeaux disparonatals dominants, on ne peut pas parler seulement de traumatisme personnel, car il est récurrent et est associé au fait d'être jumeau et particulièrement dominant. En effet, le dominé, pourtant confronté à la même situation, n'est pas touché par le trouble. Il n'éprouve pas les mêmes sensations car il ne se laisse pas contrarier.

De plus, ici, le seul point commun entre ces jumeaux pouvant être le traumatisme commun réside dans le fait de subir tous cette contrariété insoutenable de l'environnement. Ce qui traduit aussi que la souffrance du jumeau est telle qu'elle est assimilable à celle d'un soldat traumatisé par un fait de guerre, ce qui nous fait comprendre qu'elle est loin d'un simple "chagrin d'amour".

D'autre part, plus le jumeau a eu la possibilité initiale d'exprimer son sentiment rapidement, moins son trouble est important. Moins il a pu le faire et plus le trouble est prononcé et s'oriente, avec le temps, vers un spectre schizophrénique. 

Nous pourrions faire une parabole pour bien comprendre ce dédoublement de personnalité :

ZORO

Il est Zoro la nuit et Don Diego la journée. C'est pourtant la même personne. Il devient Zoro pour pouvoir mener des actions qu'il ne peut entreprendre sous l'image de Don Diego. Mais il se dédouble en deux personnalités avec des actes contraires et peut jongler d'une personnalité à l'autre à n'importe quel moment. Il ne peut pas en parler et il ne peut pas dévoiler qu'il est les deux. 

Lequel porte un masque ?

Quand il est Zoro, il porte un masque pour ne pas être reconnu et pouvoir ainsi se cacher. Son masque lui donne de l'assurance et lui permet d'être invisible en tant que Don Diego. Il peut agir à l'abri du regard des autres. Mais c'est là qu'il se libère, il n'a plus d'inhibition, il agit à sa guise, est extraverti et n'a pas de doute sur son image. Il peut être "lui" dans tous ses excès.

Quand il est Don Diego, il porte aussi un masque dans le fait qu'il garde un secret intime et qu'il fait semblant d'être un personnage comme les autres et de suivre leurs règles. Tout le monde ignore qu'il est en réalité Zoro.

(La seule différence avec notre jumeau DN dominant est que pour lui, cette double personnalité est volontaire et donc bien vécue, les deux sont bien intégrées dans une même personne, son dédoublement n'est pas issu d'un trouble du comportement.)

La question dans les deux cas est "qui est le vrai ?" Zoro ou Don Diego ? La véritable question serait plutôt : Dans quel rôle a-t-il des actes non contrariés ou lequel lui ressemble le plus en réalité ? Tout le monde conviendra que le titre du film reste "Zoro" et non" Don Diego".

Dans le cas d'une dissociation de l'identité, il faut aider la personne à réintégrer, réassembler ses deux identités différentes pour qu'elle retrouve une personnalité unique.  La thérapie passe d'abord par l'usage de la parole et par l'EMDR (une méthode par mouvement occulaire). Voir http://www.esantementale.ca/Yukon/Le-trouble-dissociatif-de-lidentite-TDI/index.php?m=article&ID=8906.

Cependant, nous savons que dans de nombreux cas, il est bien souvent devenu impossible pour le jumeau dominé de pouvoir faire parler le dominant ou même de le voir comme il est impossible d'avertir sérieusement son entourage.

Le seul moyen d'action réside dans le fait de refouler la personnalité "Zoro" du dominant qui se trouve enfermée dans la télépathie. Limiter la télépathie va apporter une contrariété qui visera à supprimer la possibilité d'expression de cette personnalité par ce biais. Ce sera comme allumer un contre-feu. Ce qui fera exploser la dissociation et se rejoindre les deux personnalités dans la partie physique. La personnalité Zoro s'exprimera là de nouveau et mènera combat contre l'autre pour qu'il n'en reste qu'une au final, réassemblée.

Par ailleurs, il me semble important  d'évoquer donc le problème dans la société pour permettre d'améliorer les choses. Je vais retranscrire ici un mail que j'ai envoyé à une jumelle qui me demandait ce que j'entendais par là :

- La prévention est un moyen d'enrayer le mécanisme qui mène le jumeau dominant au trouble de la personnalité avant qu'il se produise. 
A ce jour, aucune campagne sérieuse de prévention n'a été faite car le sujet n'a jamais été pris au sérieux dans l'opinion publique. C'est un cercle vicieux dont il faut sortir.

- L'information peut aider le jumeau dominant à comprendre son mal-être et le faire parler plus facilement. Elle peut aussi servir au dominé afin de trouver le bon comportement à adopter face à la situation afin d'aider son jumeau à sortir du trouble. Elle peut aussi aider l'entourage à se rendre compte du phénomène et de la détresse engendrée, laquelle est actuellement complètement occultée et ce qui est un facteur aggravant de la situation pour ces jumeaux.

Voilà une des démarches de LRGD, nous avons besoin d'aide. Nous recherchons des adhérents pour mener des actions et des fonds pour les mener.
Faute de pouvoir parler personnellement à son jumeau, chacun peut toujours agir en aidant ainsi tous les jumeaux et leur faire passer le message en faisant connaître l'association et ses objectifs.

Je vois souvent des FJ "jeter leur argent par les fenêtres" ... dans l'espoir de résoudre leur séparation par un hypothétique "travail sur soi". Pour ma part, je ne fais pas payer mes informations, elles sont libres pour tous. C'est à l'extérieur, tous ensemble, qu'il y a un travail à mener... qui serait, à mon sens, bien plus efficace.

Si le coeur vous en dit...

Nous avons besoin de vous.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :