La rivalité chez le dominant

1/ Quand le jumeau disparonatal dominant domine... un exemple

Au début de mon étude, j'avais noté une rivalité extérieure et je n'avais pas particulièrement constaté de rivalité intérieure dans le duo entre jumeaux disparonatals dominé et dominant, peut être parce que mon observation se basait beaucoup trop sur la recherche d'éléments ponctuels et que j'avais affaire surtout à une multitude de dominés. Ce n'est que récemment que j'ai remis en cause cet aspect en l'observant de façon suivie, c'est-à-dire non plus sur la multitude mais plutôt sur le long terme. Ceci vient encore confirmer que l'aspect de dominance gémellaire et l'instinct (surtout sexuel ici) sont bien présents et qualifient bien le couple de jumeaux disparonatals, constituant la base servant à comprendre quel est le problème de la relation.

Je suis également revenue sur un de mes premiers cas où la rivalité du jumeau était en fait très perceptible si on observait les événements sur la durée de 5 ans. Je retranscris ci-dessous comment s'est traduite cette rivalité dans le parcours :

La jumelle dominée a rencontré son jumeau au sein d'une association lors de l'assemblée générale. Elle était responsable d'un secteur départemental dans l'association, son jumeau s'est présenté à elle, étant, lui aussi au même rang, responsable d'un autre département voisin. L'association est particulièrement masculine et notre jumelle était peut-être la seule responsable féminine. C'est lors de cet événement, qu'il y a eu rencontre et reconnaissance entre eux. Le premier contact par télépathie est intervenu chez elle 6 mois après par des premières images mentales. Parallèlement, elle a commencé à écrire un livre en ressentant une pression telle qu'elle se sentait obligée de l'écrire dans la hâte. Elle a revu son jumeau quelques mois après et c'est à ce moment, bien que son livre n'était pas abouti et pour le moins formulé de façon étrange, qu'elle eu l'impression qu'elle devait absolument l'envoyer au siège de l'association et secondairement à son jumeau, c'était plus fort qu'elle et elle ignorait pourquoi. Elle pris ensuite contact avec son jumeau concernant le livre et celui-ci communiqua avec elle par SMS. Dans un SMS, elle se souvient qu'il lui confia être un homme "impatient". Le jumeau l'a ensuite invitée à venir parler du livre à son groupe, elle n'a pas compris pourquoi mais avec du recul, elle compris qu'il avait cherché ainsi à la décrédibiliser. Elle s'est aperçue ensuite que dans l'association, plus personne ne la prenait en considération. Le harcèlement par télépathie avait commencé et devenait des conversations, mais le jumeau commençait à ne plus lui répondre au téléphone et l'ignorer lors des rencontres de l'association. Par la suite, elle s'est sentie obligée d'avouer à son mari qu'elle était télépathe avec cet homme et s'est sentie obligée de demander le divorce de façon anormalement rapide. Vivant dorénavant seule, dans la misère, bannie également par son entourage, il la manipula comme un pantin et exerça sur elle un contrôle mental digne du MK Ultra. Il l'empêcha d'oeuvrer pour son propre groupe d'adhérents et la contraignit à abandonner tous les projets qu'elle désirait entreprendre, elle commençait à s'en rendre compte mais ne pouvait le dire à personne. Pendant ce temps, le jumeau "montait en grade" dans l'estime de tous par des actions multiples sur son secteur. Il la poussa même à démissionner de son poste de responsable, elle l'a fait sans savoir pourquoi puisqu'elle n'en avait aucune envie et parallèlement, il la fit passer pour folle auprès de tous.  Elle a été ensuite expulsée sans motif de l'association. Elle a lancé des démarches pour savoir si elle a été victime d'une diffamation de la part de son jumeau, car elle le suspecte maintenant fortement. 

Cet exemple nous montre bien que le jumeau ressent bien une rivalité envers sa jumelle et qu'il peut ressentir de la jalousie et avoir besoin de l'évincer, la disqualifier, la déprécier auprès des autres, la diminuer, la ridiculiser, l'humilier. Il n'apprécie pas d'avoir cet alter-ego. Il veut être à la première place, montrer qu'il est "le chef". La jumelle ne doit pas avoir des qualités égales ou supérieures aux siennes, alors il "l'enlaidit" auprès des autres. Mais pourquoi ressent-il les choses ainsi ? Un manque de confiance en lui pourrait en être la cause et lui donner l'impression d'une infériorité qu'il doit combattre, d'un manque de personnalité face à sa jumelle qui l'oblige à agir ainsi. Il a une perception déformée de sa jumelle.

Elle devient pour lui un ennemi à abattre mais qu'il est difficile d'aimer son ennemi... alors on l'évite (trouble de la communication et trouble de la personnalité évitante). 

On rencontre parfois aussi chez des jumeaux fraternels dans l'enfance, des dominants disant qu'ils voudraient que leur frère ou leur soeur "ne soit pas là" mais en même temps, ils ne peuvent se passer d'eux. On rencontre chez eux aussi parfois le souhait d'évincer l'autre. C'est une caractéristique gémellaire qui est le mécanisme par lequel la personnalité du jumeau s'exprime par rapport à l'autre. La relation gémellaire n'est pas une relation facile car, non équilibrée, elle peut être un duel perpétuel.

Pour le jumeau disparonatal dominant, son contrôle par voie télépathique et son désir sexuel amplifié lui confèrent également un sentiment de toute puissance que n'a pas le jumeau fraternel. Son dominé est devenu ainsi sa proie. Or, cette dominance surabondante a besoin d'être régulée pour que la relation soit viable, à défaut de devenir, chez lui, un trouble du comportement. Il a besoin également de montrer sa virilité, notamment par le fait de montrer qu'il est désiré par une ou d'autres femmes et qu'il suscite la jalousie entre elles.

Le dominé, lui, n'a donc aucune méfiance et ne voit en lui qu'un amoureux transi et ne distingue pas le rival. C'est l'accumulation progressive des déboires qui vont éveiller progressivement le questionnement mais, pour lui, va régner l'incompréhension.

2/ La preuve par le Yi Jing chinois, quand rationnel et irrationnel sont d'accord.

Le Yi Jing parle du "Dao" formé par le Yin et le Yang. Ce que l'on peut appeler le "duo", donc une relation dualiste. Le Yin et le Yang sont contraires et complémentaires, on pourrait dire qu'il sont à la fois individuels et interdépendants.

Dans "le Yi Jing par lui-même" de Pierre Faure, on y trouve ces deux passages :

"Il n'est en tout cas pas de meilleure entrée dans cette grammaire que de regarder s'ébattre Yin et Yang, les deux enfants terribles qui se disputent depuis plusieurs millénaires le coeur de la Chine."

et

"Les chinois n'ont jamais vu le Yin et le Yang comme des qualités en soi, des choses absolues ; ce sont plutôt des fonctions où tout est affaire de rapport. (...) Yin en tant qu'épouse , l'Impératrice est Yang en tant que mère."

Le parallèle du Yin et du Yang avec deux enfants terribles qui se disputent ressemble assez bien au rapport de deux enfants jumeaux. Les chinois, depuis des millénaires, voient dans le Yin et le Yang, des fonctions liées au rapport entre eux qui est variable et qui, bien que non liées directement au sexe, laisse apparaître cependant un aspect féminin et un masculin. Ce qui veut dire qu'on peut  donc associer ces fonctions à une tendance plutôt féminine ou masculine bien qu'elles soient changeantes ; c'est ce qui est précisé concernant l'Impératrice. Elle est de tendance Yin mais peut devenir Yang si la situation change ou si elle a un rapport avec un tiers dans un autre duo (ici, avec l'enfant). Les chinois attribuent au Yin ou au Yang des "traits", ce qui pourrait représenter des traits de caractère. Il s'agit donc d'une tendance pour l'homme et une tendance contraire pour la femme, en sachant que cette tendance peut s'inverser. Cette polarité, ici, correspond tout à fait à la dominance. 

Le Yang est décrit comme "RIGIDE" parce qu'il est DOMINANT. Le Yin est, quant à lui, décrit comme "SOUPLE", différent parce qu'il est le DOMINE et il est précisé que ce dernier doit "LIMITER" le premier. On peut donc reconnaître dans le Yi Jing le couple de jumeaux sexués : nos jumeaux disparonatals. Ils sont liés aux deux premiers hexagrammes : le créatif et le réceptif, autrement dit l'EMETTEUR (créateur de l'émission) et le RECEPTEUR télépathiques. En effet, il est dit que c'est bien le principe Yang qui commence et le principe Yin qui parachève.

a) Le créatif ou émetteur - Traits du dominant

Maître mots : Créativité, force et initiative

Il est représenté par un dragon tapi dans l'onde. On comprendra que le dragon ou le serpent ont la même symbolique historiquement et pas seulement pour la Chine. Le dragon, puissant, étant un serpent servant le feu, celui de la fusion et donc celui qui est poussé par son instinct sexuel, caché dans l'onde de la télépathie. Voir http://jumeauxdisparonatals.over-blog.com/2018/12/le-serpent-c-est-quoi.html

Selon le Yi Jing, lui correspondent le yuan et le heng  qui le poussent à l'ascension, à la réussite, à la prospérité et à être en tête. Le li et le zhen lui font rechercher gains, avantage et oeuvrer dans ses intérêts avec ténacité pour garder son intégrité. Il est métamorphe et change de formes à tout moment, invisible, ce qui peut se comprendre par le fait de la double personnalité et l'usage de la télépathie. Le quan nous apprend qu'il est caché, virtuel, en fusion et en latence. Le champs "tian" nous dit qu'il est l'apparition, la définition de soi car il doit trouver sa place dans la dite fraternité mais "il doit s'entendre avec tous". Le qian qian le présente dans sa nuit d'obscurité, il doit voir d'un oeil perçant , a une démarche mais réalisent des bonds tout en étant retenu par des indécisions, hésitations. Cela traduit son côté actif et à la fois passif. Il est alors intraitable, inflexible, dans la domination, orgueilleux et hautain. Sa rigidité le mène à la lutte de pouvoir (on pourrait rajouter jusqu'à devenir un trouble).

 
a) Le réceptif ou récepteur - Traits du dominé

Maître mots : Pénétration, soumission et intériorisation

Il est représenté par une jument. On comprendra que la jument est la femelle du cheval, symbole de résistance et d'endurance car symbole de la course, la dominée étant la coureuse. Voir http://jumeauxdisparonatals.over-blog.com/2019/03/la-jumelle-coureuse-primitive.html . On retrouve d'ailleurs la symbolique du cheval également dans le Bouddhisme, c'est un des symboles du bouddha, le bouddha représentant également le dominé : position et coiffure du scribe et ventre arrondi (instinct maternel). Voir http://jumeauxdisparonatals.over-blog.com/2019/02/scribe-ou-soldat.html

Il a l'aptitude à faire aboutir, porter à terme et engendrer (instinct maternel). Lui est attribué le qi, le "un" universel (instinct de survie de l'espèce). Le yuan et le heng le poussent selon ses origines (instinctif) et vers des aptitudes. Le li et le zhen le poussent à des potentiels d'influence et vers la ténacité (résistance). On lui accorde le courage, la perspicacité, la droiture et la sincérité (zhi). Il va de l'avant sans flancher, fait don de soi et va vers un objectif précis, commun et ne recherche pas l'affirmation individuelle. Il doit veiller à ne pas tomber dans une soumission aveugle. Par un apprentissage progressif (shuo gua), l'accumulation réveille sa combativité. Le Yin doit apprendre ainsi la réserve : SE METTRE DES LIMITES, une frontière entre l'interne et l'externe par rapport au Yang. Sinon, il risque "d'ouvrir la porte aux pires ennuis", ce que l'on peut traduire par le martyre que subissent la plupart des dominés. Le "sac ficelé" est la fermeture, l'apprentissage du Yin à savoir dire NON. "Service n'est pas égal à servilité", comme le dit P. Faure.

Conclusion

Le jumeau disparonatal dominant (Yang) ressent une rivalité envers son jumeau que ce dernier ne ressent pas. Ceci pousse le dominant à devoir l'évincer sans que celui-ci le comprenne. Le fait d'être dominant impose non seulement un combat entre instinct et environnement mais aussi entre rivalité et Amour envers son dominé. A l'apparition de ce double (Yin), dans sa vie, il entre systématiquement dans un trouble de la personnalité et présente une dominance exacerbée et ce depuis des millénaires, puisque le phénomène est très bien décrit par la Chine antique tout comme d'autres civilisations anciennes. Si nous comparons la situation à l'autre gémellité, la fraternelle, ce problème de sur-dominance est parfois présent mais ne constitue pas la règle générale chez eux, puisqu'il y a peu de séparations chez les fraternels. Même si leur rivalité est souvent présente, elle est moindre puisqu'elle n'empêche pas la relation physique et la vie commune dans la plupart des cas. On peut dire que pour eux, la relation se tourne plutôt vers une stabilisation au quotidien. Au regard de la gémellité fraternelle, les caractéristiques sont les mêmes excepté la présence de l'instinct sexuel chez les disparonatals. La logique laisse à penser que l'instinct sexuel est aussi là pour les rapprocher physiquement, tout comme l'interdépendance de leur gémellité, c'est donc, une fois encore, dans la personnalité du dominant dans son rapport à l'environnement, que se trouve la raison de la séparation.

Le Yi Jing chinois nous présente comme négatif la rigidité excessive du Yang (dominant) qui provoque l'éloignement (séparation). Mais il considère également comme négatif l'absence totale de limites du Yin (dominé). Cela engendre lutte de pouvoir, invasion de l'autre, jalousie, abus de générosité, et complémentarité impossible. Le duo se fatiguant, la situation est appelée USURE (impossibilité de réunion dans la majorité des cas).

La solution proposée par le Yi Jing n'est donc pas l'attente infinie dans l'usure mais la STABILISATION (équilibre). Pour cela, il est indiqué que le Yin doit avoir une ténacité constante et doit devenir Yang (dominant). Donc, le dominé doit bien mettre des limites au dominant et devenir plus dominant, être son gendarme. Il ne doit plus se laisser imposer l'inacceptable, comme une vie de couple par télépathie non viable, qui est une soumission totale, qu'il se justifie lui-même par l'expression "Amour inconditionnel". C'est de cette façon, avec le temps, que le dominé développe un syndrome de Stockholm, l'Amour sans limites de son ravisseur et tortionnaire ; son jumeau. A l'inverse, le dominant,  lui, développe un syndrome de Lima, le syndrome contraire, éprouvant le même Amour pour sa victime qu'il maltraite. On entre alors, si rien ne change, dans un cercle vicieux qui peut durer à vie : l'usure infinie.

Tout ceci ressemble à une mauvaise gestion de la relation gémellaire par ignorance. Le dominant, gêné par son environnement et par ce que lui impose son instinct, sans véritablement le comprendre consciemment, ne canalise pas sa dominance. Dans un second temps, le dominé, ne ressent que l'Amour sexuel émanent du dominant et n'observe que progressivement l'hostilité rivale gémellaire de celui-ci sans le comprendre, il n'adopte donc pas la réponse de ténacité constante attendue. La relation reste alors problématique. En réalité, il s'agit d'une forte attirance amoureuse et à la fois d'une concurrence gémellaire, dont l'association reste incomprise.

La perception uniquement romantique et spirituelle de cette relation (donc le côté amoureux) surtout pour le dominé et la non-conscientisation qu'il s'agit avant tout d'une relation gémellaire, avec ses caractéristiques, ne permet pas, en règle générale la viabilité du couple car la stabilisation de la dominance n'intervient donc pas dans ces conditions. La dominance totale du dominant ne se régule pas car il n'y a pas de résistance totale de l'autre jumeau. 

Une prévention dans l'environnement pourrait changer cet état de fait et empêcherait les situations de dégénérer. En effet, avoir l'information de se trouver dans une relation gémellaire en début de relation changerait les comportements, d'abord pour le dominant, qui prendrait conscience de son excès et pourrait le contenir et ensuite pour le dominé qui réagirait mieux par une résistance directe sans passer par la martyrisation et l'installation d'un trouble psychique chez son double. Les jumeaux fraternels sont parfaitement conscients depuis le début de leur relation d'être jumeaux, eux... pas les disparonanatals. Il s'agit d'une véritable gémellité dans le vrai sens du terme et le véritable problème est peut-être simplement qu'elle est occultée.

La société va devoir comprendre que :

Fraternité est parfois gémellité

mais que gémellité n'est pas toujours fraternité

et qu'en être informé peut changer les choses !

Faites passer l'information !

www.jumeauxdisparonatals.over-blog.com

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :