L'addiction télépathique du jumeau dominant et son sevrage

Rappel :

Caractéristiques communes gémellité sexuelle / gémellité fraternelle :

Voir http://jumeauxdisparonatals.over-blog.com/2019/01/definition-de-jumeaux.html

outre la non-parenté, la différence majeure réside dans :

l'instinct sexuel

Voir http://jumeauxdisparonatals.over-blog.com/2019/02/chasseur/fuyant.en-bref.html

 

1/ De la légère dissociation à un trouble de la personnalité sévère

C'est à la suite d'une conversation avec un jumeau disparonatal dominant que je suis depuis novembre 2018, (que je remercie au passage pour nos nombreux échanges) que j'ai désiré inclure ce premier paragraphe afin de clarifier un point important. En effet, après m'avoir dit qu'il ne se reconnaissait pas, lui-même, sous certains traits "excessifs" de mon article http://jumeauxdisparonatals.over-blog.com/2019/05/environnement-vs-instinct.htmlJe lui ai répondu qu'il n'était probablement pas le seul et que d'autres s'y reconnaissaient en revanche totalement (voir commentaires sous l'article). Effectivement, certains n'auront pas rencontré ou pas encore rencontré certaines situations décrites, entre autres, les jumeaux ayant trouvé à extérioriser par la parole. Il m'a donc fait me rendre compte qu'il manquait donc une explication à ce sujet et qu'en m'attachant beaucoup à décrire le trouble profond, je ne laissais pas assez paraître de classification, de graduation permettant de bien comprendre que le trouble a des niveaux différents suivant les cas, et donc suivant les personnes, suivant les conditions et fonction d'une évolution dans le temps. D'ailleurs, ce qui explique  aussi que lorsqu'un trouble se déclare, que ce soit dans le cas de jumeaux disparonatals ou autres, l'entourage de la personne ne s'aperçoit de l'existence du trouble que lorsque celui-ci est déjà bien installé et que les symptômes deviennent alors visibles extérieurement, c'est alors le retardement du diagnostic qui rend alors la rémission plus difficile. Le trouble a en effet déjà progressé bien souvent en secret depuis déjà plusieurs années. Dans le cas du jumeau disparonatal, de plus, les symptômes sont longtemps contenus intérieurement en parallèle d'un rapport télépathique dans lequel l'autre jumeau ne sait pas non plus les détecter formellement.

Il est donc à noter qu'il y a un schéma de cheminement vers la maladie qui peut être ralenti ou stoppé ou amplifié par des facteurs externes.

Aussi, il faut déjà noter que le facteur essentiel est la difficulté de communication car je le rappelle, le trouble dissociatif commence par un trouble de la communication engendrant un état dépressif. Nous allons donc détailler d'abord ci-dessous les différents facteurs aggravants ce manque de communication, qui constituent en fait des différences, et les facteurs favorisants, constituant des similitudes ouvrant à la communication :

 Des différences qui séparent les deux jumeaux physiquement :

          - couple différent formé avec un tiers

          - la différence géographique

          - la différence d'âge

          - la différence de religion

          - la différence d'ethnie (coutumes différentes)

Des similitudes qui rapprochent les deux jumeaux physiquement :

          - Appartenance au même milieu professionnel

          - intérêt commun favorisant les rencontres

          - ami commun favorisant les rencontres

Il est à noter également que la fuite (ou trouble de l'évitement) du dominant s'opère cependant dans tous les cas de figure, dans une mesure pouvant être différente suivant les facteurs (mais elle peut exceptionnellement prendre la forme d'un simple malaise sans réel départ physique) car la communication n'est jamais totale. Il manque des mots pour décrire la relation et même décrire son intensité. On distingue deux cas principaux :

- Une communication partielle

Une relation s'établit entre les deux jumeaux, avec des non-dits, amicale ou une liaison avec acte sexuel allant parfois même vers une vie commune. Dans le cas d'une simple liaison, la fuite du dominant va consister à un va-et-vient entre le jumeau dominé et d'autres partenaires, ayant l'aspect parfois d'un libertinage. Dans le cas d'une vie commune, la fuite peut être moins perceptible mais se présenter plutôt comme une "crise" et le dominant finit souvent par quitter son jumeau si sa communication est bloquée.  Attention, pour cette raison, une vie commune ne veut pas dire réunion définitive ! Etant donné qu'il y a eu communication partielle et souvent acte sexuel physique, s'il y a ensuite séparation physique, la télépathie ne dépassera alors bien souvent pas de suite le stade du ressenti (télépathie physiologique), sans forcément d'acte sexuel, avec synchronicités et quelques mots perçus. 

Plus il y a communication physique, moins il y a communication télépathique et plus la dissociation est légère. En effet, les jumeaux dominants "parlants" sont moins susceptibles de tomber dans le trouble dissociatif profond car c'est leur impossibilité de communication physique qui les font se réfugier dans la communication télépathique.

- une communication absente

Lorsque la relation ne s'est pas établie entre les deux jumeaux et qu'il n'y a eu pour ainsi dire aucune communication physique entre eux, souvent parce qu'il y a plusieurs facteurs aggravants initiaux, la fuite intervient alors rapidement et est plus douloureuse car le manque de l'autre est encore plus important. De ce fait, cet éloignement auto-alimente le blocage de communication qui devient un silence total insupportable. Le jumeau dominant tombe alors systématiquement dans un trouble dissociatif profond en utilisant rapidement une télépathie logophysiologique (ressentis avec échange verbal) pour y remédier. C'est-à-dire qu'elle devient son seul moyen d'expression. Il va donc rechercher rapidement après les synchronicités et les premiers mots, à établir une communication verbale permanente et réaliser l'acte sexuel ainsi (fusion), dans un état de manque où tout va devenir excessif et qui se transformera bientôt en une addiction par un cercle vicieux. C'est ce que nous allons voir dans le paragraphe suivant.

Toutefois, un jumeau s'étant trouvé dans une communication partielle au début et n'ayant plus de contact et donc plus de communication avec son autre jumeau, peut se voir tomber progressivement dans un trouble dissociatif plus important, aussi, il est important pour lui dans ce cas d'en parler, même à une tierce personne.

 

2/ Une addiction comportementale

Une addiction est globalement une dépendance. Les jumeaux disparonatals parlent d'une dépendance affective entre eux (interdépendance gémellaire, la même que chez les jumeaux fraternels) mais on peut ici parler aussi d'une dépendance instinctive puisque le jumeau dominant est particulièrement dominé par son instinct sexuel.

L'addiction, mise en lumière par le psychiatre Aviel Goodman, est généralement caractérisée par une envie irrépressible, une impulsion au passage à l'acte, produisant un plaisir ou un soulagement, une fréquence excessive et non contrôlée et une absence de volonté à arrêter malgré des conséquences négatives sur sa santé, sa vie sociale ou sur son couple. Les troubles de la personnalité tout comme les facteurs de l'environnement font partie des facteurs de vulnérabilité.

Il existe deux types d'addiction, la toxicomanie (dépendances à des substances) et l'addiction comportementale. Dans les deux cas, il y a dérèglement des taux de dopamine et de sérotonine en parallèle. Le plaisir apporté libère dans le cerveau de la dopamine en excès qui fait office de signal de la récompense au comportement et conditionne la personne à une habitude et la sérotonine est, quant à elle, liée aux écarts de l'humeur. Quand le manque survient, la dopamine n'est plus libérée en excès et le dérèglement de sérotonine qui s'en suit provoque une anxiété, une angoisse, un état dépressif.

Parmi les addictions comportementales, nous connaissons la cyberdépendance, l'addiction aux jeux vidéo, l'addiction au téléphone portable, l'addiction au jeux de hasard, l'achat compulsif, l'addiction sexuelle, ... et nous pourrions rajouter dorénavant dans le cadre de la gémellité sexuelle : l'addiction sexuelle liée à l'addiction télépathique.

L'addiction sexuelle est extrêmement liée au trouble de la personnalité. Il s'agit d'une hyper-sexualité ou comportement sexuel compulsif. D'ailleurs, certains jumeaux dominants, dans mon étude, la conjuguent avec un T.O.C. (Trouble Obsessionnel Compulsif). Deux jumelles dominées m'ont signifié que leurs jumeaux avaient des T.O.C. effectivement diagnostiqués et une autre m'a décrit des paroles télépathiques de son jumeau où il utilise régulièrement un "comptage" comme il est typique dans les T.O.C. (Je connais, personnellement, bien le T.O.C. pour l'avoir décelé chez la personne avec qui je vivais il y a une vingtaine d'années.)

Tout comme le TOC peut être parfaitement relié à une addiction sexuelle au quotidien dans un cadre général, on peut le rencontrer chez le jumeau dominant car l'acte sexuel télépathique peut devenir aussi chez lui un rituel (les rituels sont une particularité du TOC).

L'éloignement physique du dominé par l'impossibilité de communication provoque donc une addiction à la fois télépathique et sexuelle chez le dominant et l'excès ainsi produit amplifie son instinct de "chasseur" refoulé, c'est-à-dire qu'elle le rend impulsif et même compulsif en le transformant en "prédateur sexuel" avec son double.  La dépendance psychique à ce comportement entraîne bien évidemment une souffrance chez le jumeau. Souffrance partagée par le jumeau dominé dans les conséquences qu'il subit et qui peuvent représenter pour lui un handicap "par procuration".

 

3/ L'hystérie psychotique du jumeau

L'instinct sexuel est un réflexe qui se retrouve ici sur-exprimé et contrarié car l'objet du désir se retrouve physiquement absent. D'une part, cela le rend difficilement exprimable auprès de l'autre jumeau et d'autre part, la peur de se confronter à son environnement peut engendrer un défaut de parole tout comme le fait que l'environnement ne nous ait pas donné les mots justes pour l'exprimer. La contrariété répétitive d'un réflexe, sexuel ici, par l'environnement peut amener à un dysfonctionnement cognitif

La télépathie, en étant une notion discréditée et donc non correctement définie dans l'environnement (pour ne pas dire "non reconnue"...), n'est en réalité qu'un téléphone (une communication à distance) qui est donc perçu par le jumeau comme un "monde différent", et donc comme "irréel", rappelant l'aspect d'un jeu vidéo. Mais elle peut avoir des fonctionnalités auxquelles il peut y avoir accoutumance. Son addiction comportementale ne diffère finalement pas beaucoup de celle du téléphone portable ou du jeu vidéo. A la différence près qu'elle inclut aussi la libido, puisqu'elle donne place à des ressentis (sensations physiologiques) et la fait dériver rapidement vers l'addiction sexuelle.

Plus le dominant fuit la relation physique et plus il s'enferme dans cette communication à laquelle il devient dépendant et qui devient ainsi une forme de délire addictif.

D'un autre côté, le jumeau ne veut pas déplaire à son environnement et lui obéît en rangeant sa gémellité dans un délire télépathique secret. Il n'hésitera pas dans son entourage à se poser comme la victime face à son jumeau alors qu'il manipule et martyrise ce dernier. Comme dans beaucoup de troubles mentaux ou d'addictions, il pratiquera donc l'inversion accusatoire. Par télépathie, il va se comporter en séducteur excessif auprès du jumeau dominé et ne pensera qu'à combler ses besoins comme un dû sans penser à ce que ressent l'autre.  Ceci sont les caractéristiques du trouble de la personnalité histrionique. 

Dans la personnalité histrionique, on retrouve des phobies, la mythomanie (donnant lieu à des mensonges théâtralisés tels que typiquement des histoires de viol imaginaire) et dédoublement de personnalité. On peut retrouver également une perversité et un narcissisme (avec une observation attentive de son propre corps) et parfois une paranoïa peut s'installer.

Bien décrit sur ce site :

http://psychisme.org/Clinique/Histrionique.html

Par ailleurs, le dominant a donc déjà un trouble de la communication et de l'évitement qui, accompagné d'une amnésie qui se met en place progressivement, lui permettent de transiter de sa vie télépathique à sa vie quotidienne continuellement sans présenter aucune alerte pour l'entourage. On comprend que tel un gamer, il doit oublier son jeu vidéo quand il vit et il doit oublier sa vie quand il joue. On comprend également qu'il a besoin pour cela de deux personnalités. Il est alors touché par des tremblements spécifiques, fourmillements et frissons, appelés paresthésie, premier signe causé par son système nerveux central (physiologique). Peut venir ensuite une paralysie ou parésie (faiblesse musculaire) se traduisant par des contractions musculaires notamment au niveau de la mâchoire et des cervicales (ce que peut parfois ressentir l'autre jumeau par les mêmes douleurs ou de nombreux torticolis) . Des défauts de vision peuvent également survenir pouvant aller jusqu'à une cécité. L'ensemble des ces symptômes somatiques sont appelé trouble dissociatif de conversion. En effet, ces symptômes physiques ne sont qu'une traduction neurologique de l'état psychologique.

Le trouble de la personnalité histrionique et (les symptômes du) trouble dissociatif de conversion sont les nouvelles classifications des troubles mentaux qui correspondait à ce qu'on appelait jadis d'une façon plus concise  :

l'hystérie

Un jumeau dominant qualifiant, inconsciemment, son autre d'être "hystérique" sans raison pourra indiquer clairement qu'il est entré dans sa phase d'hystérie. L'hystérie peut aussi commencer à être repérée, après la phase de non-communication totale, par une certaine agressivité.

Le film "L'emprise" de 1981 est basé sur une histoire vraie et ressemble à ce que pourrait être l'hystérie extrême d'un jumeau dominant.

Tous ces symptômes qui se révèlent peu à peu chez le jumeau disparonatal dominant :

- trouble de la communication

- trouble de l'évitement

- trouble de déréalisation

- trouble de dépersonnalisation

- trouble obsessionnel compulsif

- addiction comportementale (sexuelle/télépathique)

- trouble hystérique 

sont la diversité des signes d'une dissociation de la personnalité, apparaissant progressivement sur le temps. Ils ne constituent pas une énumération de diagnostiques hasardeux sans liens entre eux mais traduisent, bien au contraire, par la constatation de leur ensemble, un trouble général et grave de la personnalité. Bien que répertoriés distinctement et donc "dissociés", si l'on peut dire, dans les manuels de psychologie modernes, ils semblent pourtant tous se retrouver chez un même individu dans le cas du jumeau disparonatal dominant et semblent correspondre à une seul et même trouble mental :

Le trouble de la personnalité (ou de l'identité),

ou ce qu'on peut donc appeler plus précisément dans le cas des jumeaux :

un défaut d'individuation

 

4/ Le sevrage

L'addiction, étant caractérisée par une absence de volonté à arrêter, son sevrage est nécessaire et doit être forcé. La personne addictive doit être aidée. Pour pallier au phénomène de manque, l'arrêt doit être progressif, on procède souvent dans le cas d'addictions à une substance par une substance de remplacement et un syndrome de sevrage apparaît.

Mais dans l'addiction comportementale, s'agissant d'une dépendance psychique, le sevrage ne peut se faire que par la parole et donc par une thérapie cognitivo-comportementale, éventuellement aidée par un antidépresseur. Ce qui est d'ailleurs la préconisation concernant le trouble de la personnalité dans son ensemble.

Pour celle du jumeau disparonatal dans un trouble profond, où la communication physique ne se fait plus du tout suite à l'évitement, il est alors difficile de le faire parler et à moins qu'il n'aille consulter un médecin de son propre chef, il ne faudra pas compter sur la prise d'un antidépresseur. D'autant plus quand les facteurs environnementaux aggravants éloignent physiquement de façon forcée l'autre jumeau, on est alors entré dans un cercle vicieux. 

L'aide préventive :

Mais la seule aide possible ne peut provenir que de ce jumeau dominé, qui doit, dans un premier temps prendre impérativement conscience lui-même du problème d'individuation de son jumeau et de son éventuelle gravité car il doit réagir au plus vite et ouvrir le dialogue avec des mots justes dès que possible ou adopter tout au moins un bon comportement face à la situation.

S'il y a des facteurs favorisants les rencontres, il faudra profiter de ces entrevues pour communiquer efficacement sur ce sujet, en l'informant.

En revanche, lorsque le dominant a rompu toute communication et qu'il est entré dans la phase télépathique, la priorité (et la seule possibilité...) du dominé est d'empêcher l'addiction de se mettre en place. S'il s'agit uniquement de ressentis, il est difficile de pouvoir agir mais lorsque l'acte sexuel à distance se déclenche, il lui faudra ensuite résister. Lorsque les premières phrases télépathiques de l'autre jumeau lui parviennent, il ne lui faudra pas répondre.

L'aide curative ou aide au sevrage :

Lorsque le jumeau dominant est "tombé" dans une télépathie logophysiologique addictive, c'est-à-dire qu'il y a actes sexuels et conversations verbales permanentes depuis un laps de temps et plus de communication physique possible, le dominé devra alors opérer à un retour en arrière progressivement. Il devra faire stopper l'acte sexuel à distance dans un premier temps puis limiter peu à peu les conversations jusqu'à l'arrêt total. Il doit compter sur sa volonté et s'occuper pour cela à d'autres pensées et à d'autres occupations physiques. En effet, nous savons que la communication télépathique, pour se faire, a besoin d'un émetteur (dominant) actif et d'un récepteur (dominé) passif. Donc, en devenant plus actif, le dominé réduit sa réception. Une façon pour le dominé de doucement "raccrocher le téléphone". Durant la nuit, le dominé est donc plus "vulnérable" et il est plus difficile pour lui de résister, aussi, il peut, lorsque cela est possible, procéder à une désynchronisation : décaler volontairement son sommeil de celui de son jumeau.

De cette façon, l'addiction télépathique pourra disparaître et ne plus s'auto-alimenter indéfiniment. De plus, le phénomène d'interdépendance entre les deux jumeaux forcera le dominant, ayant perdu ce mode de communication de substitution, et subissant un manque, à devoir réutiliser un autre téléphone plus conventionnel et à parler de nouveau physiquement. Il se mettra ainsi en chemin vers une meilleure individuation et aura alors des chances de retrouver sa personnalité.

Il est à noter que le sevrage peut entraîner agressivité ou angoisses dues au manque, ceci est normal. Le dominé devra montrer patience, ténacité et positivité jusqu'à l'arrêt de la télépathie si le dominant réagit bien, en absence de toute idée noire.

 

Ce trouble de la personnalité ou mauvaise individuation, débutant chez tous les jumeaux dominants, se retrouvant ensuite à des stades différents, démontre un schéma évolutif du trouble dans le temps, avoir un même facteur déclencheur et être fonction de facteurs aggravants de l'environnement. Le défaut d'individuation, qui survient exceptionnellement chez les jumeaux fraternels, intervient chez les disparonatals de façon systématique. On peut donc en déduire qu'elle implique ici alors la différence notoire entre les deux gémellités : le caractère sexuel.

Une forte attraction sexuelle subissant une contrariété environnementale empêche la parole.

Le jumeau disparonatal :

vers une réconciliation totale entre Jung et Freud ?

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :